Patrick Lagacé en grande entrevue au cégep

Patrick Lagacé est venu au cégep pour offrir une entrevue avec des étudiants du programme Arts, lettres et communication le 27 mars.

Par Anne-Sophie Payant

Les étudiantes Ariane Maillet et Frédéricke Buri ont animé cette entrevue de mains de maître. Elles ont reçu de l’aide à la recherche et à l’organisation par les étudiants Nathan Jomphe, Geneviève Dionne et Ariane Levesque. L’activité a été initiée par leur enseignante, Cynthia Lemieux.

DANS TOUTES LES DIRECTIONS

Il a été question d’écoute électronique de journalistes, car certains, tels que Marie-Maude Denis de l’émission Enquête, devront bientôt révéler leurs sources journalistiques à la demande le tribunal. Selon lui, c’est inacceptable et, si les sources doivent être révélées, il y aura un abus de confiance entre elles et les journalistes.

La hausse du salaire des médecins, qui ne fait pas l’unanimité au Québec, a été discutée et, selon Patrick Lagacé, elles ne sont pas justifiées et cela n’a peut-être pas tant d’impacts sur les soins.

À propos de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a brisé ses promesses électorales avec son premier budget, il croit qu’il faut lui laisser un an avant de la critiquer.

Patrick Lagacé est venu au cégep pour offrir une entrevue avec des étudiants du programme Arts, lettres et communication le 27 mars. Photo: La Revue de Terrebonne – Gilles Fontaine

LAGACÉ ET SES ÉMISSIONS

Dans le deuxième segment intitulé «Caméléon», Patrick Lagacé devait répondre à des questions à la couleur des différentes émissions auxquelles il a participé. Selon lui, le premier ministre Trudeau agit parfois comme son père et cela a des répercussions sur son image, comme lorsqu’il a fait une visite en Inde. Il a été critiqué en raison des nombreux costumes traditionnels qu’il a exhibés.

Il a dit que l’émission Deuxième Chance, qu’il anime avec Marina Orsini, permet à des gens qui ont vécu des situations particulières de les remercier ou de leur demander pardon.

Lagacé a suggéré aux jeunes voulant être journalistes qu’ils doivent choisir un parcours qui les forcera à lire pour avoir une meilleure culture générale. Ils devront également s’impliquer dans les journaux étudiants pour acquérir de l’expérience dans le domaine.

MILLÉNIAUX CRITIQUÉS

À propos de cet article, où il écrit que les milléniaux ne sont pas si spéciaux qu’ils le pensent, Lagacé a expliqué qu’il n’y avait jamais eu une génération aussi médiatisée, avec tous les réseaux sociaux comme Facebook. Même s’ils ont plus de pouvoir plus vite, ils devront travailler tout aussi fort que les autres.

Le danger avec la technologie est que c’est une sorte de Big Brother 2.0, où tous laissent ses empreintes numériques partout sans avoir donné son autorisation.

LA CENSURE DANS LES MÉDIAS

Les médias sociaux sont selon lui une excellente source d’information à condition de bien les utiliser et de faire attention aux fausses nouvelles propagées. Il dit que les médias sont, à leur meilleur, le lieu où l’on peut s’exprimer librement. Les seules fois où il y a de la censure, c’est lorsque le contenu n’est pas important.

Selon lui, le modèle d’éducation idéal serait celui où il y aurait beaucoup d’argent pour les écoles, car, dans certaines écoles primaires de Montréal, il y a des classes qui sont installées dans des roulottes dans la cour d’école.

Par ailleurs, si vous voulez lire l’article que j’ai écrit à la suite d’une entrevue avec lui, dans la dernière édition d’Ô Courant, c’est ici!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.