La carrière d’une journaliste péruvienne

Rebeca Gutiérrez, journaliste au Pérou au début des années 2000, dénonçait la dictature du gouvernement péruvien. 

Par Gabriel Lepage | Arts, lettres et communication

Quelle sorte de journaliste faisais-tu?

 Au début, au Pérou, j’ai commencé comme journaliste politique, policière. J’ai vécu la dictature dans mon pays en tant que journaliste. On était sous la dictature du président [Alberto] Fujimori[1]. Dans ces conditions-là, on n’avait pas la liberté d’expression. Le gouvernement du président Fujimori c’était la dictature, c’était la corruption. Ce n’était pas correct ce qu’ils faisaient. Puis, nous, on faisait beaucoup d’investigations puis on sortait dans les nouvelles les choses [pour le dénoncer].

As-tu changé de branche de journalisme? 

Après, j’ai décidé de changer de domaine. [Sur] la même chaîne, la fin de semaine, il y avait des émissions de mode, d’architecture, de décoration, de santé, d’économie, etc. J’ai présenté un projet que j’avais présenté quand j’ai fini [mes études], puis, ce projet-là était une émission de mode pour [propulser] l’industrie de la mode en Amérique Latine.

Quelle est la différence entre le journalisme au Canada et au Pérou?

 [Ici, il y a] beaucoup de préparation, là-bas on a assez de nouvelles, tu ne peux pas te préparer. Ici, c’est beaucoup plus calme, là-bas ça n’arrête pas. […] Tu ne peux pas te préparer comme on se préparerait à Radio-Canada. Ce n’est pas la même chose. Si un artiste, un député fédéral sort et que tu veux l’interviewer, tu n’as pas le temps de t’asseoir.

As-tu un message pour ceux/celles qui veulent se lancer en journalisme?

Si vous aimeriez prendre comme carrière celle de journaliste, c’est une carrière [de] passionnés. Il faut parler au [chauffeur/se] de taxi, à la madame dans la rue de tous les jours pour connaître la réalité de chaque société. Il ne faut pas juste aller dans la section touristique d’un pays. Il faut aller dans la classe moyenne, se plonger dans l’univers de chaque pays parce que c’est la meilleure façon de trouver des belles histoires à partager avec le public.

Aime Ô Courant sur Facebook !

Abonne-toi à Ô Courant !

Abonne-toi au balado de Ô Courant !

Aime Arts, lettres et communication sur Facebook !