Anthony Cyr : directeur des communications

Dans le cadre de la saison 2021-2022, Anthony Cyr décroche le poste de directeur des communications et des événements pour les Cobras de Terrebonne, équipe de hockey évoluant dans la Ligue de hockey junior du Québec. C’est un métier qui vient avec beaucoup de responsabilités et qui demande beaucoup d’autonomie. 
Par Gabriel Rémillard | Arts, lettres et communication

À quoi ressemble une journée typique pour un directeur des communications?

Dès que je me réveille le matin, la personne responsable des communications dans la ligue m’envoie toutes les coupures de presse de toutes les nouvelles dans le monde du hockey au Québec. Si jamais il y a une nouvelle qui est importante aux yeux de notre organisation, je peux la sélectionner, la travailler un petit peu et par la suite la publier sur notre site ou sur nos réseaux sociaux. De plus, dans mon agenda, j’ai un calendrier avec toutes les publications que je compte faire pendant la semaine. Dans une semaine où on a seulement qu’une partie, ça se peut que je ne publie qu’une seule fois par jour, mais il faut aussi gérer toute la portion événements, que ce soit des conférences dans des écoles ou même des pratiques avec des plus jeunes. Il y a des semaines où je n’ai pas assez de temps pour publier, comme il y en a où je n’ai pas assez de contenu à publier, ça varie selon les semaines.

Si les tâches quotidiennes varient, ça implique aussi que vous n’avez pas un horaire fixe. Combien de temps consacrez-vous à votre travail par semaine?

J’ai tendance à dire un 20 à 30 heures, si ce n’est pas plus. Ça dépend vraiment de chaque semaine. Par exemple, je suis le seul au sein de l’organisation des Cobras qui s’occupe de toute la portion montage, vidéo et photo, donc déjà là, c’est beaucoup de temps, mais en plus il y a la durée des parties qu’il faut prendre en compte, par exemple, une journée sur la route un dimanche à Montmagny, c’est 3 heures de route pour y aller, 2 heures de partie et 3 autres heures pour le retour. Donc je dis un 20 à 30 heures par semaine, mais ça dépend vraiment de la période de l’année et de ce qu’on a au calendrier.

Je ne sais pas si c’est trop vous en demander, mais c’est quoi le secret pour percer dans le milieu de la communication sportive?

Travailler. Jamais arrêter. Il ne faut jamais regarder l’horloge, il ne faut pas compter les heures. Les équipes qui travaillent moins, ça va paraître sur leurs réseaux sociaux dans la qualité du contenu qu’ils vont proposer et dans leurs idées pour les événements. Le seul secret c’est vraiment de ne jamais arrêter de travailler et de ne pas calculer son temps.

Texte produit dans le cours Métiers de la communication dans le programme Arts, lettres et communication, option Médias.

Aime Ô Courant sur Facebook !

Abonne-toi à Ô Courant !

Abonne-toi au balado de Ô Courant !