L’Orangeraie : incontournable québécois

Dans sa fable, L’Orangeraie, Larry Tremblay met en vedette deux jumeaux vivants en temps de guerre et les choix difficiles auxquels ils doivent faire face. L’endroit où se déroule le début de l’histoire n’est pas divulgué, mais on peut deviner que c’est quelque part au Moyen-Orient, là où la guerre est de plus en plus présente.

Par Véronique Lehoux

L’histoire débute avec Amed et Aziz découvrant la maison de leurs grands-parents détruite par une bombe tombée du ciel. Cet obus est ce qui met fin à l’enfance paisible des deux frères. Une vengeance pour le sang versé est demandée et l’un des deux jumeaux devra se sacrifier, devenir un martyr et être la plus grande fierté de la famille.

L'orangeraie Vero
Dans sa fable, L’Orangeraie, Larry Tremblay met en vedette deux jumeaux vivant en temps de guerre et les choix difficiles dont ils doivent faire face. L’endroit où se déroule le début de l’histoire n’est pas divulgué, mais on peut deviner que c’est quelque part au Moyen-Orient, là où la guerre est de plus en plus présente. L’illustration est celle affichée sur le livre. Photo: Édition Alto.

OUVRIR LES YEUX

Vivant dans un pays où la guerre n’est pas présente, il n’est pas toujours facile de comprendre les raisons qui mènent ces gens du Moyen-Orient à agir comme ils le font. Ce livre m’a aidé à comprendre le revers de la médaille. Le génie de Larry Tremblay a été de montrer les choix difficiles que l’on doit faire en temps de guerre, de même que la manipulation, et il le fait avec une justesse incroyable.

Chaque personnage a une personnalité qui a su compléter l’autre. Par exemple, le personnage du père, Zahed, est une figure d’autorité crainte par ses fils. Il doit choisir qui, entre ses deux fils, deviendra un martyr. Ensuite, la mère, Tamara, est celle à qui ses fils se confient. C’est une femme soumise à son mari, mais qui se rebelle aussi face aux décisions de ce dernier. La rudesse de l’homme est estompée par la douceur de la femme.  

ANTITHÈSE DANS UN PAYSAGE

Le paysage décrit dans le roman est fascinant. D’abord, l’orangeraie située dans la cour de la famille de Aziz et Amed est le seul endroit dans le village où ces arbres fruitiers ont poussé. L’orangeraie est en quelque sorte considérée comme le paradis au milieu d’un endroit ravagé par la guerre. L’auteur a créé une antithèse dans son paysage en mettant l’accent sur l’importance de cet arbre.

Aime Ô Courant sur Facebook !

Abonne-toi à Ô Courant !

Abonne-toi à la balado de Ô Courant !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.