L’orangeraie émeut au Théâtre Denise-Pelletier

Le Théâtre Denise-Pelletier présentait du 27 février au 2 mars  L’orangeraie, une pièce mise en scène par Claude Poissant. Elle est tirée du roman du même nom, de Larry Tremblay.

Par Éléonore Champagne

L’orangeraie met en scène l’histoire d’une famille de deux jumeaux, Amed (Gabriel Cloutier-Tremblay) et Aziz (Sébastien Tessier), qui vivent avec leurs parents dans une orangeraie. Un jour, un obus qui provient du versant de la montagne pénètre le ciel et tue leurs grands-parents.

Les deux frères, qui auraient dû vivre une enfance paisible, sont confrontés à la guerre et à la maladie. Leur père Zahed (Ariel Ifergan) doit faire un choix entre ses deux fils pour déterminer lequel le vengera de «l’ennemi». Un des deux jumeaux, quelques années plus tard, souhaite devenir comédien en Amérique.

Mikaël (Éric Paulhus), son professeur d’art dramatique, l’aidera à faire la paix avec son passé. Il s’agit d’une pièce de théâtre dramatique qui émeut tout le public.  

cf68e50e30096445565897ac4e55786f
L’orangeraie, une pièce de Claude Poissant présentée du 27 février au 2 mars au Théâtre Denise-Pelletier. Aziz (Sébastien Tessier) prend son frère Amed (Gabriel Cloutier-Tremblay) dans ses bras. Photo: Théâtre Denise-Pelletier.

ATMOSPHÈRE ORANGÉE

Les lumières orangées et jaunâtres se mêlent bien à l’atmosphère de la pièce puisque l’histoire se déroule au Moyen-Orient, où il fait chaud et sec. À un certain moment, une odeur d’orange se mélange à l’émotion du public.

Une toile de couleur beige recouvre le plancher pour donner l’aspect d’une terre sableuse qui fait référence à la culture d’oranges et la chaleur du pays. Une musique moyenne-orientale est entendue et est suivie de coups de tambour qui rappellent le raisonnement d’une bombe qui explose au loin dans la montagne ou encore des battements de cœur.

Un fusil et une ceinture explosive sont présents sur scène pour illustrer que c’est la guerre. Le dépouillement donne une impression de légèreté. La scène est en pente pour offrir aux spectateurs une contreplongée sur les personnages, ce qui leur procure une impression de grandeur et permet de voir leurs mouvements de la tête aux pieds.

CONTEXTE DE GUERRE

La pièce aborde le contexte de guerre que vit le Moyen-Orient en ce moment. Elle évoque la différence entre l’ennemi et l’allié tout en démontrant lequel est l’un et l’autre. L’orangeraie touche tout au fond de chaque personne en les questionnant sur les conséquences de la guerre et le sentiment qu’elle peut procurer.

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Va voir d’autres textes sur le site L’informateur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.