Les affamés restés sur leur faim?

Robin Aubert fait son retour sur la scène de l’horreur avec son cinquième long-métrage, Les affamés, un projet attendu par les fans de films de morts-vivants, un genre populaire actuellement.

Par Justin Doyon

Un groupe d’individus d’un village des Cantons-de-l’Est tente de survivre dans un monde frappé par une épidémie transformant en créature avide de chaire et de sang tous ceux et celles contaminés.

gaparitphoto
Robin Aubert fait son retour sur la scène de l’horreur avec son cinquième long-métrage, Les affamés, un projet attendu par les fans de films de morts-vivants. Photo: CinéCinéphile.

AMBIANCE GÉNÉRALE ET TRAME SONORE

Musique effrayante, atmosphère lourde, suspense, ces termes forment là un art auquel Robin Aubert est passé maître. Les affamés présente des scènes donnant froid dans le dos. De longs plans de tête-à-tête entre contaminés et survivants, agrémentés de silences interminables, gardent les spectateurs en haleine.

Les chuchotements, qui font augure d’ambiance, accompagnés par un battement de tambour rappelant celui des cérémonies tribales, intensifient les poursuites. La brume attise le suspense déjà omniprésent et la peur de voir ressurgir un affamé.

Malgré cela, le producteur de Saints-Martyrs-des-Damnés n’est pas sans ajouter à son film une touche d’humour. Les blagues crues de Bonin (Marc-André Grondin) reflètent l’inévitable réalité des personnages, et les sursauts occasionnés par Demers (Martin Héroux), qui ne semble pas conscient de ce qui se trame dans le village, apportent une candeur et un certain répit à cette montagne russe d’émotions que livre Robin Aubert.

LES PERSONNAGES

Les acteurs réussissent à transmettre au spectateur les émotions liées à la peur, et Micheline Lanctôt est parfaite dans son rôle. Une fois de plus, et c’est sans surprise, elle a su livrer la marchandise.

Malgré le jeu impeccable des comédiens, les personnages ne sont pas du tout attachants, à un point tel que la mort d’un d’entre eux affecte peu le spectateur puisque celui-ci n’apprend rien sur les protagonistes, qui sont des inconnus du début à la fin de l’intrigue.

Les affamés est un bon film de zombies, semblable à des dizaines d’autres, qui n’a malencontreusement rien apporté de nouveau à un genre déjà mort depuis bien longtemps.

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Va voir d’autres textes sur le site L’informateur !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s