Connaissez-vous la podiatrie?

Le 1er mars était la date limite pour les finissants des programmes préuniversitaires pour faire leur choix de programme universitaire. Quelle profession pratiquer pour les 35 prochaines années? se sont-ils demandé. Moi, j’ai choisi la podiatrie. La science qui soigne les pieds.

Par Sarah Allard-Puscas

Pour pratiquer ce métier, on doit obtenir un doctorat de premier cycle dans le programme de podiatrie afin de pratiquer dans le domaine des soins et des traitements des pieds. Les cours se donnent uniquement à l’Université du Québec à Trois-Rivières et le programme a été autorisé tout récemment par le ministre de l’Éducation du Québec, en 2003.

D’une durée de 4 ans, sur 10 sessions, la formation se fait en collaboration avec le New York College of Podiatric Medicine et l’étudiant fait un stage de 4 mois à New York à la fin de ses études.

PIONNIER DANS LE DOMAINE  

J’ai rencontré le Dr Jean Savard, à la retraite depuis 2010, l’un des pionniers de la médecine podiatrique. Ses histoires, remplies d’anecdotes, mentionnent les appellations de «soigneurs de pieds» ou de «gratteurs de cors» donnés à ceux qui pratiquaient ce métier à ses tout débuts.

Des progrès énormes au cours des dernières décennies ont transformé cette profession de façon radicale. Aujourd’hui, à l’aide des divers types d’examens et des analyses, telles que les radiographies, les podiatres peuvent soigner des pathologies relatives au système musculo-squelettique, vasculaire, neurologique et dermatologique.

Le podiatre peut non seulement prescrire et administrer des médicaments tels que des anesthésiques locaux, mais il peut également réaliser des chirurgies mineures et s’implique dans la fabrication des orthèses podiatriques.

PERSPECTIVE D’UN PASSIONNÉ

Le Dr Savard a eu son diplôme aux États-Unis en 1973 pour ensuite pratiquer au Québec ce qu’il qualifie de «plus belle profession du monde». Il souligne qu’un podiatre  doit être capable d’avoir une bonne analyse des problématiques médicales, une dextérité manuelle élevée et également être en excellente forme physique.

Il dit avoir ressenti, tous les jours pendant ses 40 ans de carrière, une immense gratification personnelle. Aider quelqu’un à marcher sans douleur après des années de souffrance, guérir les plaies des diabétiques et ainsi éviter l’amputation, soulager les personnes aux prises avec un ongle incarné, traiter une altération de la démarche chez un enfant, s’attaquer à un problème de pieds d’athlète très inconfortable ne sont que quelques exemples des défis qu’il a relevés.

LA PRÉVENTION

Après avoir différencié une affection locale du pied d’une maladie systémique, le podiatre joue un rôle primordial dans la prévention: il conseille quels souliers seraient les mieux adaptés, il enseigne la posture à adopter autant au travail que lors des activités physiques. Il aide ses patients à mieux marcher et cela crée un lien étroit avec eux.

Le contact interpersonnel, selon le Dr Savard, serait la pierre angulaire de toute relation de confiance qui s’établit entre un professionnel de la santé et son patient. Ainsi, il souligne que le temps consacré à cette relation n’a jamais été épargné pendant son parcours professionnel.

Si le Dr Savard le veut bien, je suis prête à recevoir le flambeau et continuer sa passion pour cette merveilleuse profession!

Photo de la une

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.