Noël… tout un cadeau

En 2017, nous sommes 7,5 milliards d’humains sur Terre et 27 % de la population mondiale est âgée de moins de 15 ans. Trouvons alors si, scientifiquement parlant, le père Noël peut suffire à la tâche et si tous les enfants de la Terre recevront des cadeaux.

Par Sarah Allard-Puscas

En principe, il y aurait approximativement deux milliards d’enfants et, puisque le père Noël ne visite pas tout le monde (les enfants juifs, hindous, bouddhistes ou musulmans seraient exclus), on pourrait dire que sa charge de travail pour la nuit de Noël est réduite de deux tiers.

VITESSE D’EXÉCUTION DU TRAVAIL

En comptant une moyenne d’un à trois enfants par foyer, cela revient à 180 millions de maisons à visiter pendant la nuit de Noël. Cela nous fait envier de l’efficacité du père Noël, qui dispose d’environ 0,6 millième de seconde pour faire le trajet d’une maison à l’autre, stationner le traîneau, descendre par la cheminée (au moins que la maison soit chauffée à l’électricité ou autre moyen vert), remplir les bas, distribuer le reste des cadeaux au pied du sapin, déguster les biscuits et boire le verre de lait laissé à son intention, remonter dans la cheminée, embarquer dans le traîneau et se déplacer vers le prochain foyer chrétien des enfants sages.

En supposant que chaque enfant reçoit des cadeaux variant entre un et deux kilos (la technologie réduit le poids des cadeaux de nos jours considérablement), le traîneau supporterait plus de 0,6 mégatonne (1 Mt = 1 000 000 000 kg). Et cela n’inclut pas le poids du père Noël lui-même qui est connu pour avoir un indice de masse corporelle assez élevé. De plus, un renne ne peut tirer plus de 100 kilos et, même en supposant que les rennes volants soient cent fois plus performants, le traîneau du père Noël aurait besoin de plusieurs dizaines de milliers de rennes afin de le tirer. Donc, scientifiquement parlant, le père Noël n’existe pas. Ce n’est que l’échange de cadeaux qui existe.

Mais qu’arrive-t-il aux cadeaux des enfants des autres religions? Les juifs ont une fête à célébrer en décembre: Hanouka, la fête des Lumières où ils s’échangent un cadeau par jour pendant huit jours. Les hindouistes célèbrent le 28 octobre le Diwali, la fête des Lumières où ils s’offrent des cadeaux également. Le Vesak, célébré en mai, est la période de l’année la plus importante du calendrier bouddhiste et commémore à la fois la naissance, l’éveil et la mort de Bouddha, où le cadeau est surtout une notion d’échange spirituelle. Chez les musulmans il est d’usage d’échanger des cadeaux en famille et avec les amis lors du Aïd al-Fitr, la fête marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan.

Mais qu’arrive-t-il aux enfants, surtout en Asie et dans le Pacifique, où «62% des cas “d’esclavage moderne” ont été relevés chez les enfants», selon l’Organisation mondiale du travail (OIT), l’Organisation internationale des migrations (OIM) et le groupe de défense des droits de l’homme Walk Free Foundation. Quels cadeaux recevront les « 10 millions d’enfants esclaves dans le monde »? Et les plus d’un million d’enfants exploités sexuellement?  

Alors, au lieu d’offrir des cadeaux pour Noël à nos enfants choyés par la vie, on pourrait peut-être penser à tous ces enfants pour qui la vie n’est pas un cadeau!

Photo

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.