Répartition sexuée de l’emploi, enjeux à travailler

Robert Ménard est enseignant de sociologie au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne. Il présente les défis à surmonter pour les travailleurs, hommes ou femmes, en milieu non traditionnel selon leur genre.

Par Marilou Légaré | Arts, lettres et communication

Les femmes sont de plus en plus poussées à entrer dans des domaines masculins alors que l’inverse se fait moins. Pourquoi?

Il y a plus de femmes qui se retrouvent dans les milieux non traditionnellement féminins et c’est souvent en raison des conditions économiques. Les métiers traditionnellement féminins sont moins rémunérés que les métiers dits masculins, ce qui fait qu’il y a un incitatif financier moindre. On observe que les hommes sont portés à choisir des métiers masculins par peur d’être jugés.

enseignant sociologue cegp terrebonne
Enseignant au Cégep de Terrebonne, Robert Ménard aborde le sujet de l’égalité hommes femmes avec ses élèves.

Quand arrêtera-t-on de parler de métiers traditionnellement masculins ou féminins?

Ce sera toujours d’actualité tant qu’il y aura une répartition sexuée de l’emploi. Par exemple, on remarque dans dans le domaine des soins infirmiers, 92% sont des femmes au Québec. C’est d’ailleurs la province canadienne où il y a le plus de femmes dans le secteur. On retrouve les femmes dans des métiers où elles ont à exécuter des tâches traditionnelles. Par exemple, les mères au foyer s’occupaient de l’éducation et la santé des enfants, domaines où aujourd’hui il y a une majorité de femmes. Les femmes oeuvrent donc plus dans le service. À l’inverse, on retrouve majoritaire les hommes dans les secteurs traditionnels, c’est-à-dire le transport, où il y a 93% d’hommes, ou la construction. Il y a donc encore une division sexuée de l’emploi.

Est-ce que la société exerce une pression psychologique sur les travailleurs qui sont en minorité ?

La pression est différente d’un sexe à l’autre en ce sens que la femme devra être plus performante. Elles doivent prouver leurs compétences, donc elles sont jugées incompétentes jusqu’à preuve du contraire, alors que les hommes présents dans des métiers non traditionnels, seront jugés compétents jusqu’à preuve du contraire. Souvent, les femmes auront, en plus, à subir des commentaires machistes et sexistes, voire misogynes lorsqu’elles s’investissent dans des milieux majoritairement masculins. À l’inverse, la société va accepter, et même valoriser, un homme dans un milieu féminin.

Pourquoi les personnes qui se distinguent de la norme sont plus jugées?

Les personnes différentes sont jugées par la société essentiellement parce qu’ils sont moins nombreux. Que ce soit par leur métier ou par leur communauté culturelle, la différence s’établit en fonction d’une norme quantitative.Dans toutes sociétés, il y a une majorité. Quelle qu’elle soit, cette majorité devient la norme guidant les individus minoritaires par leur jugement. La société a donc le jugement plus facile, que ce soit positivement ou négativement. D’ailleurs, ce que les médias projettent influence le rapport entre la majorité et la minorité.

Qu’est-ce qui affecte un travailleur minoritaire dans son métier?

L’état psychologique d’un travailleur d’un métier non traditionnel diffère dépendamment de son genre. Les femmes auront plus de difficulté côté relations de travail si elles doivent faire face à des propos désobligeants régulièrement, alors que les hommes vivront moins ce problème. Ils vivront peut-être plus des questions de la part de leur entourage. Lorsque quelqu’un se distingue de ce qui est généralement associé à son genre, il subira inévitablement un traitement différent. Par exemple, le salaire, puisqu’il n’est pas égal d’un sexe à l’autre, affecte l’état psychologique du travailleur.

Peut-on imaginer une éventuelle égalité hommes-femmes?

Je ne peux pas répondre puisque c’est hypothétique. Les sociétés n’évoluent pas de façon linéaire, alors tout changement n’est jamais définitif, ce qui fait que les travailleurs doivent faire attention à leurs droits. Par contre, on peut observer qu’au fil du temps il y a eu des changements. Cette évolution est due à l’instauration de lois. Par exemple, dans les années 90, la loi sur l’équité salariale a fait en sorte que l’écart entre les revenus des hommes et des femmes soit moindre. Depuis cette loi, les salaires des femmes ont augmenté, mais on remarque encore que les hommes ont des revenus supérieurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.