Concilier le patinage de vitesse et les études

Béatrice Delorme pratique activement le patinage de vitesse courte piste, en plus d’être étudiante en temps plein au secondaire. Elle raconte comment elle concilie le sport et les études à la sortie d’un entraînement à l’Aréna Maurice-Richard.

Par Élodie Bourget | Arts, lettres et communication

Qu’est-ce qui vous motive dans la pratique de ce sport ?

L’esprit de famille qu’il y a entre nous dans les vestiaires ou quand on s’échauffe. On fait tous partie de la même grande famille qui a une passion commune pour ce sport. De plus, j’aime la sensation de la vitesse sur la glace qui ne peut être ressentie nulle part ailleurs.

Selon vous, en quoi l’alliance sport-étude est recommandée pour les jeunes de votre âge ?

Cela aide beaucoup, c’est sûr. Je pense que ce qui est le mieux avec une alliance sport-étude est que les professeurs sont au courant que tu peux manquer des cours pour des compétitions. Ils sont plus permissifs par rapport aux dates de remise ou aux dates d’examen. Donc, je pense que c’est un avantage. Sinon, dans toutes les autres écoles, les professeurs devraient être conscients que quand tu pratiques un sport d’élite, c’est normal de manquer des cours.

De quelle façon le patinage de vitesse influence votre vie ?

Quand je me lève le matin, j’ai hâte d’aller à l’entraînement le soir et cela me motive souvent le reste de la journée. Par contre, cela m’empêche de voir ma famille aussi souvent que je le souhaite puisque la plupart du temps, je pars plus tôt ou j’arrive plus tard. Je trouve que c’est un bon compromis parce que je ne peux pas manquer mes entraînements. Mais parfois, je suis sûre que ma famille aimerait me voir un peu plus longtemps.

Qu’est-ce qui vous attend cette année ? Quels sont les objectifs à court et à long terme que vous vous êtes donnés ?  

Cette année, j’aimerais beaucoup passer élite, c’est mon objectif principal. Pour cela, il faudrait que je me classe parmi les deux premières à la troisième compétition provinciale. Sinon à plus long terme, j’aimerais beaucoup faire partie du CRCE qui est un centre d’entraînement qui se situe juste en dessous de l’équipe canadienne et monter les échelons graduellement.

Comment vivez-vous vos nombreuses compétitions ? Avez-vous des rituels?

Oui, toujours. En fait, chaque matin d’une compétition, je me lève et je prends une douche froide pour me réveiller. Je mange les muffins que j’ai faits moi-même ou avec ma mère. J’ai toujours mangé cela le matin et ce n’est pas près de changer. D’ailleurs, je vais en dévorer tout le long de ma compétition avec ma petite salade de nouilles et de tofu sur l’heure du midi. Avant chaque course, il est évident que je m’échauffe en effectuant toujours des sauts de grenouille. Cela remonte à quand j’étais toute petite: je ne faisais pas d’échauffement avant mes courses et c’est ma mère qui me disait : « Fais quelques sauts de grenouille pour t’échauffer! » Cette phrase est toujours restée gravée dans ma mémoire et à chaque fois que j’en fais, cela me porte chance…Enfin, je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.