Eau potable pour les Lanaudois

Plusieurs cours d’eau interreliés dans la région de la MRC des Moulins sont contaminés en raison des activités et des pratiques humaines, dénonce le Conseil des bassins versants des Mille-Îles (COBAMIL).

Par Kellyanne Benoit | Arts, lettres et communication

Les mauvaises installations septiques sont une cause importante de l’eau polluée. «Je ne dirais pas que c’est la plus grande cause de la pollution de l’eau, car nous n’avons pas de données probantes qui nous le prouvent, mais il faut remédier à la situation», mentionne la directrice générale du COBAMIL, Elsa Dufresne-Arbique.

Les installations septiques non conformes ont un impact sur la qualité de l’eau de la région de la MRC des Moulins, car le traitement des eaux usées ne s’y fait pas. L’eau contaminée par l’usage domestique est directement jetée dans la rivière des Mille-Îles. Les eaux dans la Région de la MRC des Moulins aboutissent toutes dans la rivière des Mille-Îles, «ça contamine l’écosystème, ça altère la qualité de l’eau», évoque Elsa Dufresne-Arbique.

Elle explique aussi que «l’eau de la rivière des Mille-Îles pompée pour en faire de l’eau potable doit être traitée deux fois plus et ajouter plus de produits chimiques». Les coûts pour rendre l’eau potable sont donc plus élevés.

Les chutes de la rivière des Milles-Île prises en photo par Kellyanne Benoit le 6 novembre 2016.
Les chutes de la rivière des Milles-Îles. (Photo : Kellyanne Benoit)

ÉCOSYSTÈME MENACÉ

L’eau polluée menace l’écosystème dans la rivière des Mille-Îles avec les coliformes fécaux qui restreignent les activités humaines sur l’eau. Les animaux et les plantes aquatiques sont aussi menacés par la pollution. «Si l’eau est de mauvaise qualité, il y a moins d’oxygène et s’il y a moins d’oxygène, les animaux arrivent moins à se reproduire, à survivre, dit la directrice de COBAMIL. Toutes les espèces plus sensibles vont disparaître, il restera seulement les espèces plus résistantes.» La Ville de Mascouche travaille de concert avec l’organisme COBAMIL pour informer les citoyens, selon le directeur du service de l’environnement à la Ville de Mascouche Pascal Dubé. «Le projet s’est décliné en trois phases, dit-il: le nettoyage des berges chez les citoyens privés, le nettoyage des parcs avec l’aide des citoyens et ensuite le nettoyage de la rivière avec COBAMIL.»

MASCOUCHE APPORTE DES SOLUTIONS

En travaillant de concert avec l’organisme, la Ville de Mascouche sensibilise les citoyens par les réseaux sociaux en les informant des impacts négatifs que les installations septiques non conformes ont sur l’eau de la rivière Mascouche. Un projet nettoyage a été réalisé en 2016 dans la rivière Mascouche pour retirer les déchets. La ville veut aussi améliorer les réseaux d’égouts et les stations de pompage pour éviter les surverses d’eau dans la rivière.

 

Une réflexion sur “Eau potable pour les Lanaudois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.