Musiqualité ouvre les portes du showbiz

Une trentaine de participants âgés de 12 à 30 ans se sont regroupés dans une ambiance festive à la journée d’auditions du concours Musiqualité, le 5 mars, à la salle L’Alizé de l’école du Coteau, à Mascouche.

Par Audrey Lemire | Arts, lettres et communication

«On cherche des petites bibites, lance la coordonnatrice du volet musique de la Société de développement et d’animation de Mascouche (SODAM), Maude Desjardins. Le but, c’est vraiment d’avoir des groupes diversifiés, des interprètes différents.»

Les membres de la formation Premier toit sur la scène de la salle L’Alizé durant les auditons de Musiqualité du 5 mars, à Mascouche. (Photo: Audrey Lemire)
Les membres de la formation Premier toit sur la scène de la salle L’Alizé durant les auditons de Musiqualité du 5 mars, à Mascouche. (Photo: Audrey Lemire)

RELÈVE ARTISTIQUE
Quatre catégories de prestation différencient les participants lors des auditions: interprète jeunesse, interprète adulte, auteur-compositeur-interprète et groupe. «On est très inclusifs, explique Maude Desjardins. On accepte toutes les langues, tous les styles. Je pense que ce qu’on veut apporter, c’est cette petite touche de différence.»

«ON EST TRÈS INCLUSIFS. ON ACCEPTE TOUTES LES LANGUES, TOUS LES STYLES. JE PENSE QUE CE QU’ON VEUT APPORTER, C’EST CETTE PETITE TOUCHE DE DIFFÉRENCE» – MAUDE DESJARDINS, COORDONATRICE DU VOLET MUSIQUE DE LA SODAM.

Elle souligne que Musiqualité est avant tout une expérience formatrice. «Aux auditions, les participants ont une rétroaction des juges, ils sont donc déjà gagnants parce qu’ils repartent avec des critiques, des commentaires, des suggestions.»
Ce concours vise à former une relève musicale prête à intégrer l’univers artistique professionnel québécois. David Jalbert, Simon Boudreau et Sarah Cochrane sont notamment passés par le concours pour lancer leur carrière.

OPPORTUNITÉ ATTIRANTE
La plupart des participants ont entendu parler de Musiqualité par des amis qui avaient déjà tenté leur chance lors des années précédentes. «On a entendu parler de ça par le groupe vainqueur du dernier concours qui s’appelle Météore, explique Jonathan Lamontagne, chanteur et guitariste de la formation Collines. Ce sont tous des amis à nous avec qui on est allé au Cégep Lionel-Groulx.»  

Les concurrents savent déjà ce qu’ils espèrent apporter à leur carrière en se présentant aux auditions. Jeanne Côté, chanteuse et pianiste du groupe Premier toit, explique ce que l’ensemble espère obtenir. «Un nouveau public, de nouvelles personnes qui nous connaissent, qui découvrent notre musique et de l’expérience de scène, parce que ce n’est jamais perdu.»

Fébrile à l’idée d’auditionner avec les membres de sa formation aux origines gaspésiennes et montréalaises, la  musicienne explique que ce genre d’opportunités permet aux artistes émergents d’obtenir de la visibilité et de l’expérience. «S’il y a des prix qui viennent avec ça, c’est correct, on va les prendre!» ajoute-t-elle en riant.

Les participants retenus par les juges pourront être vus à la grande finale le 1er mai, au Théâtre du Vieux-Terrebonne.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.