La rivière Mascouche en danger

La Ville de Mascouche et le Conseil des Bassins Versant des Milles-Îles (COBAMIL) sont à la recherche de financement pour nettoyer la rivière Mascouche au printemps puisqu’elle est encombrée de nombreux déchets accumulés depuis des décennies. 

Par Anne-Marie Lord-Lepage | Arts, lettres et communication

Le COBAMIL a proposé à la Ville de les aider à la suite d’une descente en canot qui a révélé l’ampleur de la quantité de déchets. Plus d’une centaine ont été trouvés sur une longueur de 50 kilomètres, dont une voiture datant des années 1960!

Dans ces années-là, les habitants jetaient leurs poubelles dans le milieu de la rivière en plein hiver. Par la suite, les glaces fondaient et les déchets coulaient jusqu’au fond de l’eau.

«Les sources de pollution sont multiples et tout le monde a un rôle à jouer, dit le chef de la division environnement de la Ville de Mascouche, Pascal Dubé. Les agriculteurs, les riverains et l’ensemble des citoyens doivent prendre action.»

 La rivière Mascouche peut offrir le plus beau de la nature, mais elle offre également le pire. La pollution de cette rivière est plus grave que jamais auparavant, des voitures, des bouteilles de verres, des roues de voitures et bien plus ont été trouvés. (Photo: Courtoisie)
La rivière Mascouche peut offrir le plus beau de la nature, mais elle offre également le pire. La pollution de cette rivière est plus grave que jamais auparavant, des voitures, des bouteilles de verres, des roues de voitures et bien plus ont été trouvés. (Photo: Courtoisie)

Projet de nettoyage en route

Un concours a été lancé par le Fonds de la Communauté AVIVA pour offrir une subvention de 48 000$ pour réaliser un objectif lié à l’environnement. À la suite d’un vote, le Fonds donnera ce montant au projet gagnant. Le COBAMIL et la Ville de Mascouche incite la population des environs à aller voter pour leur projet pour obtenir la subvention.

Après la fin du concours, en décembre 2015, le COBAMIL et la Ville de Mascouche partiront à la recherche d’autres donateurs pour réaliser le nettoyage de la rivière. Les citoyens commencent à démontrer un certain intérêt envers le projet, selon la directrice de COBAMIL, Elsa Dufresne.

«Je pense qu’ils jettent tout et n’importe quoi sans se soucier du dommage que ça va apporter auprès de son environnement», dit une étudiante en travail social, Cindy Allard.

«Il faudra poursuivre les efforts de sensibilisation et travailler sur les sources de pollution diffuse en plus de s’assurer d’optimiser les infrastructures municipales de collecte et de traitement des eaux usées», dit Pascal Dubé, de la Ville de Mascouche.

QUESTIONS-RÉPONSES : Le chef de la division environnement s’inquiète de sa rivière

Anne-Marie Lord-Lepage: Pourquoi selon vous la population n’a pas pris soin de cette rivière au cours des dernières années ?

Pascal Dubé: Les enjeux environnementaux sont une priorité depuis peu dans la société québécoise. La rivière Mascouche comme les autres cours d’eau de la province en ont souffert. L’absence de facilités pour disposer des gros rebuts a aussi joué un rôle important.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.