Un avenir sombre pour plusieurs églises de Lanaudière

Un grand nombre d’églises lanaudoises sont confrontées à d’inquiétants problèmes financiers. Leurs revenus baissent, de même que les fidèles. Plusieurs risquent la fermeture.

Par Vinny Dumas | Arts, lettres et communication

Le diocèse de Joliette comporte 53 paroisses, dont 24 sont criblées de dettes. Le nombre de fidèles baisse chaque année et le montant récolté par la dîme diminue.

L’église du village de Sainte-Cléophas-de-Brandon constate une baisse de baptêmes tout comme la paroisse Le Précieux-Sang, à Repentigny. En 2007, cette dernière a baptisé 127 bébés. Cette année, il n’y a en eu que 58. Les premières communions et confirmations baissent aussi. En 2015, seulement 10% des enfants des écoles primaires ont reçu ce sacrement. Il y a 20 ans, c’était 90%.

L’église de Sainte-Cléophas-de-Brandon célèbre maintenant un seul mariage aux deux ou trois ans. Le Précieux-Sang en a célébré six en 2015, alors qu’elle en avait célébré 16 en 2007. Les églises plus modernes célèbrent moins de mariages, car les fidèles préfèrent les églises anciennes.

«Pour l’instant, nos services funéraires sont stables, mais nous craignons pour les générations à venir», déclare Frère Jean-Thomas de la paroisse Saint-Louis-de-France, à Terrebonne. Le Précieux-Sang célèbre peu de rites funéraires, car les paroissiens préfèrent les salons funéraires.

Photo: Courtoisie
Photo: Courtoisie.

Rénovations et problèmes financiers

Les églises anciennes nécessitent beaucoup de rénovations et les frais de chauffages sont coûteux. Certaines, dont celle de Saint-Félix-de-Valois, ferment leurs portes pendant l’hiver. La solution est de se mettre ensemble pour le financement, car elles ne peuvent y subvenir seules.

Même les églises modernes coûtent cher à entretenir. La Paroisse Catholiques-Catholic Parishes, à Repentigny, a par exemple besoin de repeindre l’intérieur, mais elle n’a pas assez d’argent. Le coût de la peinture est de 200 000$. «Tant que nous avons la générosité des gens, nous serons capables de subvenir convenablement à nos besoins», affirme Clothilde Fortier, secrétaire de l’église. On travaille beaucoup avec la foi et l’espérance, c’est ça qui nous tient et on est capable de garder les choses convenables.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.