Proches aidants en manque de ressources

Les proches aidants de Lanaudière manquent de ressources pour combler les besoins de leurs ainés ainsi que pour mener une vie saine tout en accompagnant leurs proches dans la maladie.

Par Ariane Daigle | Arts, lettres et communication

Danielle Perreault, présidente de l’organisme l’Appui Lanaudière, accueillant les personnes âgées de la région de Lanaudière au Buffet des continents à Terrebonne lors de la journée des aînées, le 1er octobre. Il est important pour elle que les personnes âgées puissent avoir une belle qualité de vie. (crédit: Ariane Daigle)
Danielle Perreault, présidente de l’organisme l’Appui Lanaudière, accueillant les personnes âgées de la région de Lanaudière au Buffet des continents à Terrebonne lors de la journée des aînées, le 1er octobre. Il est important pour elle que les personnes âgées puissent avoir une belle qualité de vie. (Photo: Ariane Daigle)

Être aidant naturel va de soi pour ceux qui accompagnent leur proche malade et qui lui donne des soins. Il cherche à lui donner une meilleure qualité de vie et à lui permettre de conserver une vie sociale en ayant toujours un contact avec la famille. «Quand des personnes sont dans un centre pour personne en perte d’autonomie ou dans un CHLSD, il est certain qu’il n’y a pas quelqu’un avec eux à tous moments, souligne la présidente de l’Appui Lanaudière, Danielle Perreault. C’est plus facile pour les aidants, ils sont toujours avec eux, ça évite les déplacements.»

La population est vieillissante dans tout le Québec. Les personnes âgées de 65 ans et plus nécessiteront plus d’aide. Cela explique le désir des organismes de soutenir les proches aidants et surtout de faire reconnaître leur dévouement pour leur aidé.

Afin de briser l’isolement, le regroupement des aidants naturels du comté de l’Assomption (RANCA) offre des rencontres d’entraide et un souper mensuel. Pendant ce temps, quelqu’un prend soin de leur proche, ce qui leur permet un moment de répit et d’échanger avec des gens qui vivent la même chose qu’eux. C’est une façon d’obtenir du soutien et du réconfort dans les moments difficiles.

Les proches aidants qui travaillent encore devraient pouvoir bénéficier d’une plus grande compréhension de leur employeur quand ils ont besoin de s’absenter, croit Danielle Perreault. Ils devraient avoir droit à des journées complètes pour prendre soin de l’aidé sans avoir à se retrouver sans emploi pendant un temps indéterminé puisqu’ils ne savent jamais combien de temps la maladie peut durer. Cela pourrait diminuer les risques d’appauvrissement des aidants.

«On souhaite de tout cœur qu’à l’avenir ce rôle soit pris au sérieux par le gouvernement, car c’est un rôle extrêmement important», exprime la coordonnatrice de RANCA, Caroline Vadeboncoeur. Elle travaille d’arrache-pied avec ses collègues pour bâtir des projets et obtenir de l’aide financière pour offrir plus de temps de répit et de l’aide aux proches aidants. Les dirigeants dans Lanaudière auraient selon elle une grande ouverture. Ils comprennent et veulent eux aussi changer les choses alors c’est facile de leur présenter des projets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.