Anne Frank et son histoire au Théâtre du Vieux-Terrebonne

La pièce de théâtre Le journal d’Anne Frank a été présentée au Théâtre du Vieux-Terrebonne, le dimanche 19 avril, devant une salle pleine à craquer.

Par Justine Arancio | Arts, lettres et communication

Le rideau s’est levé, avec un peu de retard, pour laisser voir la scène et le personnage d’Otto Frank, incarné par Paul Doucet. La pièce débute avec le père de famille qui crie et qui brandit une valise au bout de ses bras avec les noms de Margot et Anne Frank inscrits dessus. Il est dans une station de train, à la recherche de ses filles qu’il n’a pas vu depuis plusieurs jours et dont il ne reçoit aucune nouvelle.

L’action se déroule sur deux scènes à des hauteurs différentes. Sur le premier plancher, on voit le patriarche de la famille Frank, déboussolé et triste alors qu’il vient d’apprendre la mort de ses enfants. L’intrigue commence lorsqu’il reçoit, de la part de sa secrétaire, le journal de sa fille bien-aimée. Au deuxième étage de la scène, on aperçoit le personnage d’Anne Frank interprétée par la jeune Mylène Saint-Sauveur. Il s’agit de son premier rôle au théâtre. Jouer un personnage aussi historique représente, pour la jeune femme, un défi excitant et nouveau. Elle s’est intéressée à ce rôle pour plusieurs raisons. «J’aime le message d’espoir, de courage et de tolérance lancé par Anne Frank, explique la comédienne.»

La pièce est parsemée de retours dans le temps, avec des bribes de ce à quoi pouvait ressembler la vie d’une famille juive qui doit constamment se cacher pour survivre pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dans Le journal d’Anne Frank, il est question, à plusieurs reprises, du lien profond entre Otto et sa fille. Les spectateurs sont témoins, pendant la soirée, d’une panoplie d’événements importants, comme des conversations intimes entre les soeurs Frank, une histoire d’amour cachée, des actions désespérées d’un père qui aiment ses enfants d’un amour inconditionnel et, à la toute fin, l’arrestation de la famille entière par les nazis.

Réception de la pièce

Le public était majoritairement composé de personnes âgées. Pendant la pièce, des éclats de rire se faisaient entendre provoqués par des dialogues cocasses et des personnages dynamiques comme celui d’Anne ou celui du couple qui logent dans le même appartement que les Frank. Plusieurs scènes, comme celle de l’arrestation de la famille, sont émouvantes et font réfléchir. «Cela nous permet réellement de nous plonger dans un autre univers, affirme Daphney Giguère, une jeune femme de l’assistance. Le fait de savoir que c’est vraiment arrivé rend la pièce encore plus touchante.» Mylène Saint-Sauveur, de son côté, affirme que «la réception du public est extraordinaire.» Une dame dit avoir adoré la pièce et la recommande à tous «Le journal d’Anne Frank est sans aucun doute une des meilleures pièces de théâtre que j’ai vue, dit Mme Nicole Ouellette.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.