Le long parcours musical de Christian-Marc Gendron

Christian-Marc Gendron est un auteur-compositeur-interprète et pianiste de la région de Lanaudière. Il se fait maintenant entendre autant à la télévision, au cinéma qu’à la radio. Son parcours musical n’a toutefois pas toujours été simple.

Par Coralie Bourassa | Arts, lettres et communication

Combien de temps par semaine dois-tu accorder à la musique?

Énormément, parce que quand je ne suis pas en spectacle, je suis en écriture. Souvent, je suis en studio et je fais aussi de la radio. Donc, au bout de la semaine, j’accorde une centaine d’heures à la musique, sans hésitation.

Quels sont les obstacles auxquels as-tu du te confronter pendant tes 20 ans de carrière?

Beaucoup d’obstacles, beaucoup de déceptions, beaucoup de moments difficiles. Je te dirais que je ne changerais pas ma vie, ni ma carrière, mais le parcours que j’ai eu, je ne le souhaite à personne.

Tu as passé à travers une période difficile durant laquelle tu as voulu tout abandonner. Comment t’en es-tu sorti?

Environ huit mois avant de lancer mon deuxième album «Irréversible», j’avais vraiment envie de faire autre chose. J’étais tanné de la lenteur de ce métier-là, de la patience et la persévérance que ça prend. J’ai eu un petit écoeurantite, mais je me suis greffé d’une nouvelle équipe. J’avais confiance en mes nouvelles chansons et je suis tombé amoureux. Ce sont de petits trucs comme ça qui m’ont redonné confiance, mais oui, j’ai eu un gros creux inquiétant.

Qu’est-ce que tu changerais à ton parcours?

Je ferais en sorte de sortir mon premier album non pas en 2010, peut-être en 2007-2008, pour sauver quelques années. Tu vois, j’ai déjà 38 ans, je suis à mon deuxième album. Je vois le troisième s’en venir, mais la quarantaine aussi. Je me dis : « Ah! J’aurais peut-être sorti mon premier album un peu plus tôt. » Ce n’est pas un regret, mais plus une constatation.

Quelle serait ta meilleure anecdote en carrière?

Je ferais en sorte de sortir mon premier album non pas en 2010, peut-être en 2007-2008, pour sauver quelques années. Tu vois, j’ai déjà 38 ans, je suis à mon deuxième album. Je vois le troisième s’en venir, mais la quarantaine aussi. Je me dis : « Ah! J’aurais peut-être sorti mon premier album un peu plus tôt. » Ce n’est pas un regret, mais plus une constatation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.