Ma rencontre avec Janette Bertrand

Dans le cadre du Salon du Livre de Montréal le mois dernier, j’ai eu la chance de rencontrer Janette Bertrand et de lui poser quelques questions.

Par Anne-Sophie Payant

J’ai été étonnée de voir qu’elle a une si grande ouverture d’esprit pour une personne de 92 ans. En effet, lorsque je lui ai demandé comment elle faisait pour penser comme une personne d’aujourd’hui, elle m’a répondu qu’avoir de l’ouverture d’esprit est lorsqu’on est capable de penser qu’on ne sait pas tout et que l’autre en sait aussi et qu’il a peut-être raison. Elle a aussi dit qu’avoir de l’ouverture d’esprit est une sorte d’humilité que les gens de son âge ont peu.

Pour ce qui est du fait d’avoir toujours de la motivation à écrire, elle m’a dit que c’est un besoin de communiquer. Lorsqu’elle était jeune, elle était une petite fille qui ne parlait pas beaucoup et qu’écrire était son moyen de communiquer. Elle m’a aussi dit que c’était une façon de partager ce qu’elle apprend. Elle se voit même comme une espèce de professeure littéraire.

Photos: Anne-Sophie Payant.

UNE PETITE FILLE QUI PARLAIT PEU

Lorsque je lui ai demandé l’élément déclencheur de son métier, elle m’a dit qu’elle était une petite fille qui parlait peu, mais qui pensait beaucoup. Écrire lui permettait de mettre ses pensées sur papier. Son premier livre a été un recueil de poèmes qu’elle a publié à 20 ans et, plus tard, elle a commencé à faire de la radio. Grâce à cela, elle avait trouvé un canal pour exprimer ses pensées.

Quand je lui ai demandé ce qui faisait qu’elle est si humaine, elle m’a dit qu’elle a une grande curiosité pour la nature humaine et elle a beaucoup de compassion pour elle-même et pour les autres. Lorsqu’elle a commencé à écrire, elle voulait tout simplement que les choses changent et cela s’est fait de manière assez imprévisible, selon elle.

Pour ce qui est d’aimer écrire sur l’humain et ses difficultés, elle m’a répondu que l’être humain est son matériel pour écrire et que celui-ci est sans fin. Elle s’intéresse au pourquoi de l’être humain. Elle a d’ailleurs reçu un prix de l’Ordre des psychologues du Québec en 1989, car elle s’intéresse à l’être humain sans avoir reçu de cours de psychologie.

Finalement, quand je lui ai demandé quels étaient les prochains combats pour les femmes au Québec, elle m’a dit que c’est d’avoir les hommes de notre côté. De ne plus être dominées par les hommes, mais d’être égal à égal. Rappelons-nous qu’il y a eu des allégations d’inconduite sexuelle envers des hommes connus du milieu culturel dans les dernières semaines et cela renvoie au fait qu’il y a encore beaucoup de combats pour les femmes dans les prochaines années au Québec.

LA RENCONTRE

Par ailleurs, lors de ma rencontre avec Janette Bertrand, j’ai été agréablement surprise qu’elle réponde à mes questions comme si elle répondait à un journaliste professionnel. De plus, j’ai aimé ma rencontre avec elle, car c’est une personne qui est reconnaissante de ce qu’elle a et elle est une personne très humble qui ne prend personne de haut.

Son dernier roman, paru en octobre dernier, raconte l’histoire de Simon, en couple avez Ariane, découvrant sa bisexualité avec son nouveau voisin Larry. Dans ce roman, Janette Bertrand parle de tabous avec modernité et audacité.

Son dernier roman, Avec un grand A, est disponible partout!

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.