La vitesse au volant, on n’en parlera jamais assez

Les Québécois n’ont pas encore saisi le sens de la vie. Ils continuent à se mettre en danger tous les jours et plus particulièrement les jeunes «coureurs automobile». L’expression qui dit que la vie ne tient qu’à un fil est plutôt vague, pourquoi ne pas la formuler ainsi: la vie ne dépend que de vous.

Par Catherine Rousseau

Dans nos têtes, notre agenda est marqué jusqu’à dans deux mois et c’est une certitude. Pourtant, le futur est incertain. La vitesse tue. Combien de fois l’avons-nous entendue celle-là? Pourtant c’est toujours le même refrain: «Accident sur l’autoroute x causé par deux jeunes. Résultat: deux blessés graves.»

Il me semble que ce n’est pas si compliqué! Que vous soyez un gars de char, que ce soit vendredi soir, que ce soit pour impressionner la date assise à ta droite, que se soit pour te venger d’un dépassement, rien n’explique que vous ayez appuyé sur la pédale d’accélération. Rien n’excuse le fait que l’accident que vous avez causé résulte des traumatisés, des blessés, des morts ou, encore pire, des paralysés.

EXPÉRIENCE PERSONNELLE

Je ne vais pas le nier, cette cause me touche particulièrement, car il n’y a pas si longtemps, un accident a touché un bon ami qui a été impliqué dans un accident causé par la vitesse. Peu importe les pertes matérielles, les dégâts ont été plus importants chez les victimes, les témoins et les responsables. La santé psychologique, sociale et physique de ces personnes sont en jeu à cause de l’excès.

CONCLUSION

Cet article n’est pas en quête d’un monde meilleur où tout est rose et que la vitesse maximale soit respectée à la lettre. Il a été écrit pour sensibiliser, toucher et faire réfléchir attentivement sur cette question: vais-je mettre en danger ma vie et celle des autres pour 10 secondes d’adrénaline? La pédale d’accélération est tout comme une gâchette: vous prenez la chance d’enlever la vie de quelqu’un si vous y appuyez trop fort, peu importe votre expérience. La vie est la vitesse, c’est pareil comme sur une piste de course: plus vous allez vite, plus vous risquez de finir (mourir) le premier.

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s