Hôpital Pierre-Legardeur: manque d’espace et achalandage démesuré

Le personnel du Centre hospitalier Pierre-Legardeur de Lachenaie peine à soigner ses innombrables patients dans un délai raisonnable en raison du nombre de lits insuffisant.

Par Alexandra Laurent | Arts, lettres et communication

La patiente Marie-Josée Pepin a attendu près de 10 heures à l’urgence de l’hôpital Pierre-Legardeur pour obtenir une consultation. Elle est ensuite demeurée debout deux heures supplémentaires avant qu’une civière se libère pour elle dans le couloir de l’urgence.

La jeune femme de 28 ans y a passé les 7 heures suivantes avant l’arrivée d’un médecin. «L’attente était interminable, raconte-t-elle, désespérée. Je n’avais aucune intimité.»

Le personnel de l’urgence du Centre hospitalier Pierre-Legardeur de Lachenaie est débordé en raison du nombre élevé de patients. (Photo: Alexandra Laurent)
Le personnel de l’urgence du Centre hospitalier Pierre-Legardeur de Lachenaie est débordé en raison du nombre élevé de patients. (Photo: Alexandra Laurent)

BLOCAGE À L’URGENCE

L’urgence de l’hôpital Pierre-Legardeur est engorgée en raison du manque de place sur les étages. Lorsque le médecin décide d’admettre un patient, ce dernier a besoin d’une chambre et d’un lit et c’est ce qui manque.

«C’est comme une roue qui tourne: si ça bloque aux étages parce que les patients ne sortent pas, il n’y a pas de lits disponibles, explique l’urgentologue Amélie Coderre. Ça nous paralyse beaucoup à l’urgence, car ça freine notre roulement.»

Les patients de l’urgence devant être hospitalisés sont donc résignés à attendre 24 heures, parfois même 48 heures dans les cubicules de consultation ou sur des civières.

HÔPITAL TROP PETIT

L’hôpital Pierre-Legardeur a été construit il y a dix ans. Les plans de construction et le budget alloués par le gouvernement pour ce projet ont été planifiés en fonction de la démographie de cette époque. Les projections pour la région de Lanaudière ont été sous-estimées. «La population dans Lanaudière est en pleine expansion, constate Amélie Coderre. On n’arrive plus à fournir à la demande adéquatement», se désole-t-elle, impuissante.

graphique

RÉDUIRE L’ACHALANDAGE

Un plan d’ajout de 150 lits au Centre hospitalier Pierre-Legardeur est présentement en cours d’approbation. Ces lits supplémentaires seront disponibles dans cinq ans.

D’ici à la concrétisation de cet agrandissement, un  projet ayant pour objectif de mieux définir et orienter les patients hospitalisés est présentement en branle.

Plusieurs patients demeurent hospitalisés même s’ils n’ont plus besoin de soins quotidiens. La trajectoire de ces patients est alors révisée afin de désengorger l’urgence.

L’objectif est de leur trouver des places à l’extérieur de l’hôpital afin de laisser les lits à ceux qui ont vraiment besoin d’être hospitalisés. Les ressources intermédiaires ou privées, les soins à domicile et les résidences sont des pistes de solution pour ces patients en fin de soins actifs.  

«On veut diriger les patients au bon endroit selon leur état», explique l’adjointe au PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, Pascale Lamy.

Faciliter l’accès aux médecins de famille et réviser les horaires des cliniques locales sont également des actions déployées par le ministère de la Santé pour diriger le patient où il a réellement besoin d’aller.

«Notre objectif premier est de répondre aux besoins de la population», soutient Mme Lamy.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.