Vieux-Terrebonne: un point chaud culturel

Le Vieux-Terrebonne est le berceau d’une relève musicale importante depuis quelques années selon le disquaire propriétaire de La Table Tournante, Marc-Olivier Marchand.

Par Nathan Jomphe | Arts, lettres et communication

Pour ce qui est de La Table Tournante, pourquoi s’être installé à Terrebonne?
Terrebonne c’est là que je suis depuis toujours. Je connais les gens, je connais le milieu. Je sais que les jeunes d’ici sont des tripeux de musique. Il n’y a vraiment pas beaucoup de place comme le Vieux-Terrebonne. Je pense que si tu vas à Sainte- Thérèse demain matin, ou à Saint-Eustache, il n’y a pas autant de monde qui veut gagner leur vie avec la musique qu’ici! C’est pour ça que j’ai ouvert ça ici, c’est que c’était un besoin qui était criant. Il n’y a pas de magasin de musique à Terrebonne, il n’y en a pas, je suis le seul magasin de disques sur la Rive-Nord, donc je ramasse tout le monde qui se cherche des disques, mais qui ne veut plus aller à Montréal

Le fait de vous établir à Terrebonne a-t-il eu un effet positif?
Oui vraiment, vraiment beaucoup… J’ai du monde qui descend de Saint-Michel-des-Saints, sinon j’ai un gars qui est descendu du Saguenay cette semaine. Il a fait 6 heures de char pour venir s’acheter des disques parce qu’il ne les avait pas chez-eux. Donc oui, m’installer à Terrebonne a été une bonne affaire!

Dans une entrevue publiée dans La Revue faites le 10 juin 2014, vous parlez d’une «révolution culturelle» dans le Vieux-Terrebonne. Est-ce que c’est encore actuel? Pouvez-vous nous en parler un peu?
Je vais peut-être plus peser mes mots. Comme je disais, il y a beaucoup de jeunes qui aiment la musique et qui veulent en faire un métier. Il y a beaucoup de bands, il y a une scène et il faut l’exploiter, c’est une belle scène. Sinon les bands qu’on a ici sont connus partout ailleurs. Il y a les Deux-Luxes qui sont sortis d’ici et qui ne sont aujourd’hui plus sur Kapuano Records, qui est un label de Terrebonne, sauf que maintenant, ils font des tournées en Amérique du Sud, ils font des tournées à travers le monde. Ça vient de Terrebonne! C’est de là que je parle d’une révolution culturelle, il y a beaucoup trop de jeunes d’ici qui veulent faire de la musique et qui veulent gagner leur vie avec ça comparé à d’autres places.

Comment les gens peuvent-ils participer à cette révolution? Si on peut l’appeler une révolution.
Achetez des bands locaux! Venez me voir, je vais vous en montrer de la musique! Le truc, c’est de fouiller et puis, même si ce n’est pas à Terrebonne, peu importe la ville où est-ce que le monde habite, regardez ce qui se fait dans votre ville, souvent c’est là qu’on découvre des affaires. Moi c’est de même que je vois ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.