Le mur des Lamentations (Andy Maillé)

Lors de la Nuit des sans-abri de Terrebonne, le 19 octobre, l’étudiant du Cégep de Terrebonne, Andy Maillé, a interprété deux chansons. Voici l’une d’elles. Pour lire l’autre, c’est ICI. Pour lire son compte-rendu bien personnel de la nuit, c’est ICI.

First of all, c’que j’te récite, c’n’pas un œuvre d’art

C’est juste un autre verse qui creuse l’écart

Avec le worst curse of God, lovesickness

Seul à bord, comme j’suis hors d’la liste

Black outfit, toujours vêtu de noir, j’flirt avec la mort subite

Combien peuvent le voir, j’suis off the shit

As de l’apparence, j’maitrise l’art d’être triste

J’n’souris pas pour le people ni pour avoir du tip

Jouer un rôle, no thanks, I’m not a part of it

Tout l’monde se ressemble, même ceux qui pensent avoir une histoire unique

Rares sont ceux qui m’jasent sans qu’j’leur dise ciao, faut qu’j’quitte

C’est lâche, mas c’est plus fort que moi, j’me lasse trop vite

Faut qu’t’acceptes le fait que j’marche sans complice

I’ll be flawless, ‘till my last breath, j’m’en contre criss

Entité distincte, c’est le même corps

But, I’ll never be the same, it’s too late now

Miroir cassés, sept années sataniques sont passées

Entre les mains du diable, maintenant, j’me réinvente

Pour reprendre mon âme errante, j’fugue la tentation

J’vis sans aucune sensation et j’brûle devant le mur des lamentations

Check, mes paroles n’font qu’sonner fausses, j’pas un homme funny, no

Cogne le bonheur à la porte pour qu’j’m’envole

Et j’le ramène au sol, parce que j’ai peur des hauts

D’l’amour, j’n’ai qu’pour les hoes qui m’traitent comme un mec qui s’donne un rôle

Fake love et messed up, yep, c’est l’best of d’mon époque sexe drogue rock and roll

C’est drète ça, so next shot, attends toi pas qu’j’t’apporte des roses

Blesse-moi et cette fois, j’te jette dans fosse comme m’ont fait les autres

Ouais, j’ose faire ma loi et t’dire ferme-là, parce que dans vie faut être fier de soi

Et qu’présentement, près de moi, j’n’aperçois qu’des faibles qui m’tirent vers le bas

C’est pourquoi, j’utilise le mic qui m’sert de voix

Pour mettre en lumière ma détresse que personne voit

Celle qui m’perce l’estomac et qui m’dit flex-toi d’là

Go au dep te get une coupe de frètes et écris un texte pour qu’ta peine se noie

En fait, avec cette solution idiote qui bloque mes émotions, j’n’sais même pas si j’aime de quoi

Entité distincte, c’est le même corps

But, I’ll never be the same, it’s too late now

Miroir cassés, sept années sataniques sont passées

Entre les mains du diable, maintenant, j’me réinvente

Pour reprendre mon âme errante, j’fugue la tentation

J’vis sans aucune sensation et j’brûle devant le mur des lamentations

Une autre rime, un autre creux, faute de dire c’qui m’saute aux yeux

J’m’impose comme une joke horrible et j’ose croire qu’on exauce mon vœu

Let’s go, show the bills, on parlera plus tard de choses sérieuses

Quel drôle de jeu, parce que c’pas des larmes de crocodile

Mais d’la façon j’m’expose à eux, qu’on s’pose la question est un scénario possible

Moral low, trop sad pour m’sortir la tête de l’eau, à moins qu’il aille une mer de monde

J’préfère l’ombre où j’besogne à devenir la crème de l’homme

Unfaithful, yeah, j’peux aller m’faire foutre

Y’est temps qu’j’paye pour ne jamais n’montrer sous mon vrai jour

Fake ass bitch qui s’croit l’king, la confiance fragile comme un fil de soi

Le sourire qui brille d’éclat, mais le regard vide et froid

Jamais j’feel de quoi parce que j’évite la joie

Pendant qu’ta head bounce, j’ai l’goût get out

J’cherchais l’extase, maintenant j’veux de l’espace

La vie est emmerdante, what a let-down!

Entité distincte, c’est le même corps

But, I’ll never be the same, it’s too late now

Miroir cassés, sept années sataniques sont passées

Entre les mains du diable, maintenant, j’me réinvente

Pour reprendre mon âme errante, j’fugue la tentation

J’vis sans aucune sensation et j’brûle devant le mur des lamentations

Entité distincte, c’est le même corps

But, I’ll never be the same, it’s too late now

 

Andy 1 Et 2 (1)
Andy Maillé en performance lors de la Nuit des sans-abri de Terrebonne. Photo: Isabelle Cholette.

Abonne-toi à Ô Courant !

Aime Ô Courant sur Facebook !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.