Jugement dernier (Andy Maillé)

Lors de la finale locale de Cégeps en spectacle, le rappeur Andy Maillé a offert une prestation qui a produit un grand effet sur les spectateurs du Théâtre du Vieux-Terrebonne. Voici le texte qu’il a chanté.

Au départ, j’suis qu’un homme sans histoire qui s’endort dans ses livres d’école
Si la Terre est ronde, pour le savoir j’veux l’voir et s’ils ont tort j’serai là pour briser l’dogme
Mon rêve c’est d’être plus qu’une star, mais encore on veut m’faire croire que c’t’une idée folle
C’pour ça que quand j’écris des phrases, j’pars dans l’espace comme une fusée qui décolle
J’en ai marre de tous ces bâtards qui pensent que mon art suit les modes
Si j’parle fort c’est qu’j’t’en désaccord avec la plupart des avis des hommes
On rase tout le territoire pour tirer de l’or noir de leurs puits d’pétrole  
Pis toi tu remplis ton char de gaz pis t’es en pétard parce que le prix t’désole
Au yiable ceux qui sont chiâlent mais qui font fuck all à part dire qu’la vie c’est doll


Dame Nature se fout de notre mea culpa et jamais tu n’verras l’absolution naître
C’est pourquoi j’porte la musique à bout d’bras comme un révolutionnaire
Comment tempérer la destruction d’la vie qu’elle a mis tant d’temps à embellir?
Attends d’voir, si elle vient s’en mêler, qui va finir enterré en faisant face au jugement dernier

Écoute, on est à l’aube de subir d’immenses tempêtes
De voir nos ruines se répandre dans braise et personne semble s’en faire
Oui, la révolution ça fait longtemps qu’j’en rêve
Et j’voudrais qu’ça vous rentre dans tête qu’il faut se fier aux militants
Parce qu’on a terriblement besoin d’un changement d’ère
On est à un point de non-retour, les glaces vont disparaitre
La plupart sont pour qu’on passe au virage vert
Mais ces milliardaires qui dirigent la terre
Pense encore aux profits à faire
C’que disent les environnementalistes
Ils s’en crissent comme la perturbation du cycle des saisons
Tant qu’on ne retombe pas en récession on est en business
Et c’est ça le hic, c’qui fait que ça ne tourne pas rond
La machine économique qu’on pousse à fond

Dame Nature se fout de notre mea culpa et jamais tu n’verras l’absolution naître
C’est pourquoi j’porte la musique à bout d’bras comme un révolutionnaire
Comment tempérer la destruction d’la vie qu’elle a mis tant d’temps à embellir?
Attends d’voir, si elle vient s’en mêler, qui va finir enterré en faisant face au jugement dernier

Des fois j’aurais l’goût d’une navette spatiale
Pour quitter cette planète qui empeste la marde
Une peur gigantesque me transperce le cœur
C’est l’heure du grand test et sérieux ça regarde mal
Mention honorable à ce peuple de malade
Atteint de patriotisme aussi bad que sadique
J’sais pas quel osti d’mal les habite
Mais y’ont réussi à mettre au pouvoir
Un fou qui aurait sa place à l’hôpital psychiatrique
Car selon lui, les changements climatiques
C’t’une invention des chinois, pis y’a du monde qui y croit
C’pas des blagues que j’te lance en l’air
L’antéchrist est descendu directement d’l’enfer
C’est fâcheux, mais Dieu n’exhausse pas d’vœux, faut qu’on s’impose
Y’est temps qu’on apprenne de nos fautes et qu’on prenne notre rôle au sérieux
Du moins, on est ben mieux!

Photo de la une :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s